Les voyages à travers le temps

L'homme a toujours voyagé. Il a été nomade avant que d'être sédentaire. Au cours des siècles, les raisons de voyager restent les mêmes : découvrir, changer, échanger. Découvrir de nouveaux horizons, de nouveaux lieux, de nouvelles personnes, changer en apprenant des autres, en se frottant aux autres, échanger des idées, des marchandises. Voyager rend heureux, Du Bellay écrivait : "Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage..."

Le partage des océans

Une route terrestre a une évidente réalité physique, mais une route maritime, qu’est-ce ? Une simple abstraction désignant des flux de marchandises? Des histoires sibyllines d’alizés, de latitude et des courants ? Au temps des

Combien de merveilles dans le monde ?

Peut-on, à l’instar des « bibliothèques idéales », dresser un répertoire des destinations idéales, de ce qu’il faudrait connaître pour avoir une idée globale de la géographie et de l’histoire de notre planète, de ses beautés naturelles

Paquebots, des stars en transat

Plus haut que Notre-Dame-de-Paris Qu’il avait fière allure le Great Eastern , avec ses 250 mètres de longueur, ses cinq cheminées de 30 mètres de haut et son mât de misaine plus élevé que le sommet de

Il a mis son nom où il a mis le pied

Nous sommes des voyageurs de l’éphémère qui ne laissons le plus souvent notre nom sur la Terre qu’au marbre d’une tombe. À l’inverse, les découvreurs qui sont allés là où l’homme n’avait jamais posé le pied

Marchand ou marchant ?

Le marchand est d’abord un marcheur. On s’attendait à trouver dans l’un l’étymologie de l’autre, là où, entre « marchand » et « marchant », il n’y a pourtant pas d’homonymie. les deux activités sont tellement liées que, longtemps,

Des pharaons au colonnes d’Hercule

La navigation un don du Nil ? À l’époque des pharaons, l’ Égypte vit en autarcie. Le pays est riche, autosuffisant et peut, pour le superflu, se contenter d’un commerce passif. Et puis l’État est centralisé

histoires de voyages